Une musique qui blues

Je ne comprends ni leur signification ni leur contexte, mais je suis envoûtée par les chansons et musiques traditionnelles coréennes. Les instruments de musique comme l’Haegum ou l’Aajeng (instruments à cordes) sonnent comme des voix humaines et peuvent exprimer une gamme d’émotions très large. Idem pour les chanteurs dont la dextérité vocale m’impressionne. J’ai eu la chance d’assister à deux concerts : l’un au musée folklorique national de Corée à Séoul et l’autre dans la ville de Gwangju, située au sud de la Corée. A la fin du spectacle, je repars avec le même sourire aux lèvres. Et cela fait rire mes jeunes amis coréens, davantage branchés hip-hop ou pop. Je n’y peux rien. J’affectionne ces musiques et chants folkloriques qui semblent traverser le temps pour nous hypnotiser. Concert de Gyeonggi Sori au musée folklorique national de Corée (Corée du Sud) 20 juin 2016 © Tango tout horizon

Publicités

Une réflexion sur “Une musique qui blues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s