Le tango en Colombie ? Des approches différentes

Les lieux dédiés au tango en Colombie sont souvent ornés de portraits d’artistes d’antan, dont celui de l’incontournable chanteur, compositeur et acteur, Carlos Gardel. Son accident mortel en 1935 à Medellín a laissé son empreinte dans la culture musicale du  pays. Le tango s’est développé de manière différente dans les trois villes où je me suis rendue.

A Medellín, on mise sur l’apprentissage et la culture du tango. Plusieurs académies délivrent des cours de tango à un public jeune. Par ailleurs, certains professeurs donnent, chaque semaine, des cours gratuits au théâtre Pablo Tobon Uribe et à l’aéroport Olaya Herrera. Les spectacles de tango, comprenant orchestre live et danseurs professionnels, sont plus fréquents que les milongas. Il est en effet difficile de trouver des milongas hebdomadaires. Enfin, dans certains bars, qui ont malheureusement tendance à disparaître, on peut régaler son oreille en écoutant du tango.

A Manizales, ville située à 300 km de Bogota dans la région caféière, les milongas sont pratiquées de manière assez originale. En centre-ville, tout le monde connaît « La Calle del Tango », un tronçon de rue où 4 bars programment des milongas tous les vendredis et samedis soirs. Mais oubliez les milongas « purement » tango, cela n’existe pas ! Durant la soirée, le DJ passe tout type de musique (latine en particulier) : ranchero, cumbia, salsa, bolero, pasa doble, bachata, foxtrot… Il faut donc se transformer en véritable couteau suisse de la danse ! Par ailleurs, les « codes » de la milonga comme la tanda (série de 3 ou 4 tangos que l’on danse avec le même partenaire) sont abolis. On passe d’un style de danse à un autre, d’un morceau à l’autre. Des cours de tango très bon marché sont organisés chaque jour et permettent de se familiariser avec d’autres danses comme le fox trot. Ça aide !

A Bogota, le tango repose sur les traditionnelles milongas, telles qu’on les connaît dans d’autres pays. Question sécurité, on y fait plus attention, en demandant au barman d’appeler un taxi pour rentrer chez soi.

Même s’il la culture du tango est bel et bien présente en Colombie, on ne peut pas dire que les milongas soient abondantes. Ici, le tango s’écoute plus qu’il ne se danse. Il n’est pas rare d’entendre un vieux morceau de tango s’échapper d’un bar. Enfin, la pratique du tango est  hétéroclite, à l’image de la diversité du pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s